D'un jour ou d'un raid, la montagne se vit également hivernale.
Elle y est plus rude, plus austère, elle se mérite au poids du sac, à la rudesse des conditions, au réconfort d'un refuge non gardé où tout ou presque doit être monté, aux jours courts et aux températures basses. Elle est également plus piégeuse et l'aléatoire y tient une place plus grande, nécessitant plus d'expérience... Parfois de témérité. Sauvage et immaculée. 
Récit d'hivernales.

A la peine pour l'ascension du col des Grands Montets à 3230m.

Récit en cours, agrémenté tout au long de l'hiver 2023.
Back to Top